L'intérêt de l'analyse fondamentale

Pourquoi le diagnostic ou l'analyse fondamentale ?

L'analyse fondamentale est parfois sous estimée ou ignorée même par les investisseurs confirmés. La documentation explique les intérêts de l'AF.

Publié le 30/10/2008 | Modifié le 30/10/2008 | Auteur : FAUCHE | 5 commentaires

Bonjour à Tous,

Nicolas a eu l'idée judicieuse d'installer un chapitre sur l'analyse fondamentale, je m'y engouffre.

Introduction

Achetez-vous un chat dans un sas ? évidemment non. De nombreux investisseurs se passent de l'analyse fondamentale pour de nombreuses raison non fondées, manque de temps, fouillis dans les chiffres, ignorance élémentaire de l'impact des ratios sur les résultats et la rentabilité.

L'analyse fondamentale permet de développer le différentiel qualité - prix !

Investir en bourse, sur les actions, ressemble très fort à de l'art, cela exige un excellent "timing" et la possibilité de connaître à tout moment la qualité de l'entreprise dans laquelle vous allez investir votre argent. Le rendement en dépend.

Vous devez savoir si l'entreprise est :

  • Solide.
  • Solvable.
  • Rentable.
  • Possibilité de croissance.

Une excellente attitude est de penser que toutes les actions sont mauvaises, jusqu'à preuve du contraire, il faut adopter une méthode de valorisation afin de replacer les actions dans votre perspective de rendement.

Quels sont les critères à surveiller ?

Le rapport cours/bénéfice

C'est de loin l'outil de valorisation le plus utilisé, mais parfois sans réflexions.

EXEMPLE : une action est cotée 100.00 le bénéfice de l'exercice précédent est de 8.00 par action.

Le rapport c/b est donc de 12.5. Moins le rapport est élevé plus action est réputée bon marché. Mais attention le C/B est obtenu par la division du cours élément indiscutable du moment divisé par un élément du bilan de l'exercice précédent. Le bénéfice est en principe dû au profit crée par les ventes, mais il pourrait être simplement l'objet d'une plus value, (vente d'un bâtiment ou vente cyclique).

Le rendement DE DIVIDENDES

Les dividendes sont fixés par assemblée générale (si dividendes il y a) par exemple 8.00 par an et par action, action cotée le jour de AG. A 100.00

Div : cours = rendement 8.00 : 100.00 = rendement de 0.08

Si le cours fluctue, exemple 50.00 le rendement sera de 8.00 : 50.00= 0.16. L'évolution du rendement est une bonne indication de la santé de l'action.

LEBITDA

(Earning before Intrest, Tax, dépréciation and amortisation) ou résultat avant intérêts, impôts et dotations aux amortissements.

C'est-ce que l'on trouve sous ce titre dans les résultats de la société cotée.

LEBIT

Bénéfice d'exploitation (après amortissements). Je trouve déjà cela plus intéressant.

Le cash slow

C'est en fait l'argent disponible, ces très simple, vous prenez les amortissements annuels, vous faite +/- le bénef ou les pertes, vous soustrayez les dettes échéantes dans l'année et vous avez l'argent disponible. Argent qui va entre autres servir aux dividendes éventuels. Si le cash slow est nul, pas de dividendes.

Le taux d'endettement

C'est un critère intéressant s'il faut comparer plusieurs sociétés entre elles. C'est secondaire mais bon à savoir.

Le ratio cours/chiffre d'affaire

Même chose que le précédent Mais. Si le ration endettement augment et le ratio chiffre d'affaire chute attention !!!

Le ratio Cours valeur comptable

Multiplier le cours par le nombre d'actions.

Exemple 1.000.000 d'actions à 10.00€ = 10.000.000.00€ Si la capitalisation de l'entreprise est de 12.500.000.00€

Cela donne un ratio de : 10.000.000 : 12.5000.000 = 0.80 donc entreprise sous valorisée :

  • si son chiffre d'affaire est en légère croissance.
  • si son endettement reste maîtrisé
  • si son cash slow est positif

Il s'agit d'une entreprise qui mérite attention.

L'exemple de Air France est criant. En divisant sa capitalisation par le nombre d'actions (voir site d'Air France, onglet « investisor corner » vous obtenez un cours d'action de 15.79€ alors que le cours est à 11.04€.

Rien que le montant de la flotte des appareils volant fait 8 x la cote du jour. Cet exemple pour vous dire que AF est une valeur à mettre dans son portefeuille. Je répète que ces chiffres sont très facilement trouvables dans la rubrique « investisseur des sociétés ». Évidemment une flotte pourrait être clouée au sol mais rien de pire qu'un baril à 150.00 $ alors que maintenant il est à 59.00 $.

Ais je éveillé votre intérêt ?

Commentaires

Merci

Le 30/10/2008 à 11:06 | Nicolas (Admin)

Bonjour Fauche,

Merci d'avoir proposé cette idée. Techniquement ce n'était pas très difficile à mettre en place.

J'espère que cette rubrique sera utile à beaucoup de monde ici.

En tout cas moi je ne demande qu'à apprendre car je suis loin de maitriser l'analyse fondamentale (même si j'investis pour du long terme). Je me sens beaucoup plus à l'aise avec l'analyse technique.

Le 20/12/2009 à 17:04 | kalexman

y a t-il d'autres points sur lesquelles se référer au niveau des calculs ?


Le 28/12/2009 à 20:34 | askywhale

Oui, mais plus complexe, plus difficile a renseigner, ou spécifique à certains actifs. Fauche a fait un tour des éléments d'analyse les plus courants.

Il faudrait plutôt répondre à cette question avec une bibliographie, pour aller plus loin.


Le 04/11/2010 à 18:48 | spiny80

Il faudrait aussi ajouter des ratios sur la santé financière de l'entreprise(current ratio, gearing) et la rentabilité (retour sur capitaux, retour sur fonds propres et retour sur actifs) ?


Le 06/11/2010 à 11:58 | Borg

Bonjour,

Désolé de ne pas être en accord avec toi Fauche. Moi je suis graphique avant tout, Analyse Technique à 85 % et 15 % d"Analyse Fondamentale.

L'ANALYSE TECHNIQUE est un art à part entière et il faut y consacrer tous les moyens possibles et imaginables. N'est pas Analyste Technique qui veut, il faut beaucoup d'apprentissage et de rigueur.

Si j'ai le temps je jette un oeil sur les données fondamentales, mais les graphes avant tout !!

Le P.E.R. ou autre est important, mais les graphiques sont encore plus importants, désolé.

Borg.