Le petit mot boursier de Roger Lecut (08 janvier 2024)

Publié le
Modifié le
Roger Lecut
Ecrit par Roger Lecut

Article rédigé par un spécialiste de la bourse

Chers investisseurs Bonjour et Bonne Année Boursière,

Ainsi va Janvier, ainsi va l’Année. C’est un bon dicton mais grâce ou à cause des algorithmes, nous sommes entrés dans une Bourse qui change dans un Monde qui change. Bien entendu, en plus, les spécialistes boursiers utiliseront des indicateurs spécialisés (ROC) pour rechercher les tendances profondes du marché (CCI—EMW—TRIN—ARMS INDEX) ainsi que les grandes tendances (TRIX) ou l’intensité de la tendance (AROON). Ils mesureront la force du trend (OSC AROON) et joueront avec un RSI pondéré MFI MONEY FLOW INDEX), regarderont l’accumulation ou la distribution (CMF CHAIKIN). Ils surveilleront aussi l’intensité de l’offre ou de la demande (MFC VOLATILITE CHAIKIN), détermineront la volatilité du titre (STANDARD DEVIATION). Ils s’attarderont sur la pression des acheteurs et des vendeurs (ATR). Ils jetteront un coup d’œil sur la FORCE RELATIVE de la valeur, c’est-à-dire sa corrélation entre valeur et secteur ou autre marché et action. Certains s’attarderont sur la force de la tendance actuelle (DMI et ADX) et iront même jusqu’à déceler la phase de tendance du titre (VHF). Les mordus de statistiques mesureront les niveaux de surachat ou de survente (WILLIAMS % R) et utiliseront des moyennes mobiles filtrées des aléas journaliers (PPO). Quoi de mieux de se baser sur la régression linéaire (SLOPE) ou de comparer la valeur avec le passé (ULTIMATE OSCILLATOR). Ils verront si la valeur est mûre pour les contrats à terme (HPI). Les plus ardus utiliseront les « RABBITT Q-RANK, les KELTNER CHANNELS (volatilité enveloppée), les HAESLERS ATR, etc. de quoi vous donner la migraine et vous éloigner du plaisir de placer votre épargne en Bourse.

Alors, laissons cela aux professionnels et regardons simplement un graphique pour mieux comprendre l’intérêt d’acheter, de vendre ou de conserver l’action.

Un coup d’œil constructif ??Nous voyons la ligne blanche verticale qui annonce le déclin de la valeur avec les problèmes liés à l’acceptation USA d’un médicament phare. Jusque là, on accumulait la valeur, les ordres d’achat étaient supérieurs à ceux de vente et le RSI était en zone de confort. La valeur a chuté en septembre et a percé vers le bas, les deux moyennes mobiles. L’ATR, zone colorée derrière les volumes, a fléchi et montre la pression des vendeurs. Le volume a diminué et montre l’hésitation des investisseurs malgré les recommandations très chaudes des conseillers . Le cours s’est repris mais n’a pas réussi a refranchir à la hausse la moyenne exponentielle à 39 jours. Les avertis ont vendu alors massivement, les volumes en témoignent et le cours s’est affaissé continuellement. L’ATR témoigne toutefois que la pression s’est atténuée au fil des semaines et la reprise a été amorcée début septembre. Le linéaire a rebondi et testé sa moyenne à 380 jours. Ne la dépassant pas à la hausse, elle est retombée pour tester sa moyenne exponentielle à 39 jours. Test réussi et envol du titre. Les indicateurs montrent une bonne accumulation, une balance favorable aux achats et un RSI qui frôle la zone de surachat. L’ATR est en baisse continue comme les volumes. Ce désintéressement est peut être dû aux trèves de fin d’année mais il y a motif de surveillance. Je vous donne quelques graphiques afin de vous exercer à cette réflexion.

Voilà, vous avez remarqué que sur un petit coup d’œil, des valeurs frôlent le surachat et que d’autres reprennent vie. C’est le jeu boursier continuel mais avec de bonnes valeurs peu spéculatives, on obtient un portefeuille qui est bien plus rentable que des obligations. Roger LECUT Gradué en Sciences bancaires et boursières.

Loading

Laisser un commentaire