19 juin 2024 6h07

Le petit mot boursier de Roger Lecut (15 janvier 2022)

Chers investisseurs,

Bien le bonjour sous ce soleil radieux !!! Il nous fait oublier le niveau record de 2.410.131 personnes touchées par la Covid en Belgique et hélas les 28.612 victimes.

La Bourse en janvier est souvent volatile. Cela s’explique un peu. Les détenteurs de gros postes d’actions font monter les valeurs détenues afin d’avoir une belle façade bilantaire en fin d’année. Puis, naturellement, ils redistribuent le papier détenu pour retrouver leur marge de manœuvre. Ce qu’il faut regarder, c’est la véritable orientation des marchés. Le moment est venu de faire comme certains brokers qui réduisent un peu leur exposition aux valeurs qui ont fait le succès des portefeuilles depuis cinq à dix ans.

Ils choisissent alors des titres « value ». En fait, ils achètent une valeur mobilière, à un prix qu’ils pensent inférieur à sa « vraie valeur ». Ils prennent le pari de voir cette anomalie de marché se corriger au fil du temps. Un exercice qui n’est pas toujours facile : quitter le placement bon père de famille pour plonger dans un futur incertain. Il y a tant d’imprévus sur la route. Mais cela rapporte avec risques et périls.

Si vous lisez régulièrement les médias, vous verrez que la Bourse évolue en fonction de la conjoncture du moment. Des titres recherchés sont soudainement décriés. Par exemple, après une envolée de plus de 40 % en 2021, USB vient d’être déconseillée à l’achat par la Citi et une banque suisse. Il n’y a pas lieu de paniquer puisque l’objectif de cours est de 97 euros. Ce qui tracasse, c’est le retard de l’introduction aux USA d’un produit phare, le bimekizumab. Dans le pipeline d’UCB, on trouve aussi un produit chargé de guérir la myasthénie grave qui sera bientôt proposé sur le marché. C’est intéressant pour la valeur UCB mais elle va entrer en rivalité avec une biotech belge, Argen-X. Celle-ci vient d’obtenir l’autorisation pour le Vyvgart qui soigne la même maladie avec moins de doses que le médicament d’UCB qui nécessitera une injection journalière. Par contre, la société a reçu un avis favorable en raison du potentiel élevé pour le BimZelx. Difficile de juger !!

Bref, en général, soit, les brokers abandonnent le secteur, soit, la société déçoit à nouveau les analystes et cela peut contribuer à alimenter sa décote. Il se peut aussi que la société reste peut connue et évolue donc en dehors du collimateur des brokers. On trouve généralement ces valeurs dans les titres peu liquides. Mais, si la valeur possède de solides atouts, elle ne manquera pas de se réveiller lorsque le marché redécouvrira le succès d’un produit, le contenu de son pipeline, en résumé, ses qualités intrinsèques.

Certains brokers se sont spécialisés dans cette méthode et leur stratégie va de pair avec la plupart des holdings dont la décote est souvent excessive. Pour nous, petits investisseurs, cette méthode s’applique aux petites et moyennes valeurs, en général, peu suivies par les analystes.

C’est leur faible notoriété qui contribue, bien souvent, à creuser leur retard de valorisation.. Acheter TUBIZE, c’est acheter UCB à bon compte avec moins de risques.

L’avantage de la gestion value est évident : elle limite les risques de votre portefeuille si vous investissez dans la durée. En cas de correction violente du marché, l’incidence sur un dossier value est normalement inférieure à celle des indices. Autre avantage, sur le long terme la méthode « value » bat généralement les autres approches .Mais si vous lisez les infos relatives à la valeur détenue, vous apprendrez aussi le pourquoi d’une correction subite. SOFINA cotait dernièrement 430 euros ; elle vient de corriger surtout parce que les brokers lui attribuaient un cours médian de 382 euros. On y est presque, la prime a disparu. Alors que faire ? La concentration de SOFINA sur des valeurs innovantes et ses solides critères de sélection inciteront bientôt les investisseurs à s’emparer à nouveau du titre à chaque baisse. C’EST LOGIQUE, c’est une holding sans prime.

Savez-vous d’ailleurs que la valeur SOFINA est la plus grande participation cotée dans le portefeuille de BREDERODE. Des signaux vendeurs apparaissent donc logiquement sur cette dernière, mais cela ne nécessite pas qu’il faille la vendre. Une récente étude sur plus de 80 holdings vient de révéler que leur rendement moyen est de 30 % en incluant les dividendes. L’indice Stoxx 600 européen qui a bien grimpé n’a engrangé que 25 %. Nous ne devrions pas négliger ces achats de valeurs concentrées et diversifiées que sont les holdings. Il y en a beaucoup dans notre petit pays.

L’autre souci boursier, c’est l’inflation. C’est vrai, 7 % aux USA. On n’avait pas atteint ce niveau depuis près de quarante ans. La FED, le mois prochain, relèvera son taux directeur de 25 points de base. Ce geste devrait être suivi de trois autres au cours de l’année. C’est plus que craignaient les investisseurs. La Fed devrait aussi commencer à réduire son bilan durant l’année ; des actions seront vendues et le climat boursier sera assez nuageux. Jetons un coup d’œil sur l’évolution de quelques valeurs belges.

Voilà mon petit mot terminé. Pas de panique les jours s’allongent et le moral est au beau fixe. Bonne lecture et portez-vous bien en prenant soin des autres.

Roger LECUT GRADUE EN SCIENCES BANCAIRES ET BOURSIERES

Roger Lecut

By Roger Lecut

Je propose un cours en ligne sur la cyclologie boursière accessible gratuitement. Des analyses boursières régulières des actions et indices boursiers. Gazette de l'investisseur avisé : Chaque mois et ceci depuis l'année 2003, je vous propose une gazette boursière pour investir en bourse. Dans cette gazette je présente et commente des graphiques boursiers de valeurs françaises et internationales. J'analyse aussi les indices internationaux (Cac 40, Nasdaq, Dow Jones, ...) en me basant essentiellement sur les graphiques et les cycles économiques et boursiers. J'étudie aussi les fondamentaux des sociétés et je prends aussi en compte le contexte économique actuel (santé des différents secteurs d'activité, conflits militaires, devises, stocks des matières premières, économie globale, ...). Bonne lecture à tous. Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Ancien Administrateur et ancien Vice-Président d'INVESTA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *