19 juin 2024 5h23

Le petit mot boursier de Roger Lecut (21 février 2021)

Bien le bonjour aux investisseurs,

En ce samedi ensoleillé, je jette un coup d’œil sur les marchés et à vrai dire, je ne vois guère de poussée baissière. Seules les statistiques du Coronavirus plafonnent avec hélas 21,859 décès belges à ce jour.

En bourse, c’est une règle bien connue en cyclologie boursière ; les marchés sont très sensibles aux indicateurs de survente lorsque la tendance primaire est positive. Les graphiques restent indispensables pour la bonne compréhension des mécanismes mais parfois la projection d’imageries populaires donnent du sens aux explications.

Quand un marché est chaud, oser y mettre les pieds, c’est un peu comme mettre votre main sans protection sur une casserole qui sort du four ; vous la retirer spontanément pour ne pas accentuer l’effet de brûlure.

En ce moment, les actions qui sont surachetées dans un marché qui reste haussier sont beaucoup plus nombreuses mais elles n’atteignent pas la puissance qu’elles auraient dans un marché baissier. Toutefois, dans un marché haussier, les indicateurs peuvent rester en zone de surachat pendant une période prolongée sans avoir d’effet négatif habituel sur le cours de l’action.

Cela sous-entend que lorsque la tendance primaire est à la baisse, les choses s’inversent avec des cours extrêmement sensibles aux conditions de suracheté, qui elles-mêmes ont tendance à devenir assez rares.

Un peu d’imagerie : C’est un peu comme sauter avec un trampoline placée dans une pièce. Vous allez vous cogner la tête contre le plafond. Vous allez rebondir mais la puissance principale est soumise à la gravité et vous pousse vers le bas assez rapidement.

Dans un marché baissier, les conditions de survente sont généralement suivies de fourchettes de trading avec des reprises (rallyes faibles/inexistants) mais souvent la glissade atteint les 10 % avant de repartir à la hausse.

Le graphique de l’indice américain des 500 valeurs les plus représentatives montre qu’entre mai et septembre 2020, le Relative Strength Index (RSI) a été caractérisé par des lectures de surachat généralement élevées et persistantes.

En cyclologie, cela signifie un marché haussier primaire dynamique sans tentatives de survente générées au cours de cette période.

Entre septembre et novembre, une correction intermédiaire latérale a eu lieu, nous avons eu deux rebonds survendus (voir les deux flèches vertes).

Depuis novembre 2020, le RSI n’a pas atteint les niveaux d’intensité éprouvés avant et sept amorces d’évolution en surachat n’ont rien donné de significatif comme mouvement baissier. En analyse technique, on peut en conclure que nous sommes et restons dans un marché haussier pour le SP-500 et que cela est confirmé par de nombreux indicateurs à long terme, notamment la moyenne arithmétique de 12 mois.

Alors, il est bon de réflèchir ; les marchés continuent d’atteindre de nouveaux sommets poussés par les espoirs de relance et d’amélioration lente de l’économie. Les brokers semblent aimer l’attitude accommodante de la FED et le déploiement d’un vaccin Covid-19 dans le monde entier. Quand tout va bien, pourquoi changer ? Le marché reste haussier mais, comme toujours, certains domaines s’en tirent beaucoup mieux que d’autres. Vous avez été obligés de vous soumettre aux nouvelles modes technologiques que ce soit pour vos payements bancaires, pour communiquer avec autrui ou vous informer de ce qui se passe dehors tout simplement.

La technologie avance à grands pas, imaginiez-vous recevoir des images de la planète Mars il y a même une dizaine d’année ? Pensiez-vous finir votre vie avec une voiture électrique ou roulant à l’hydrogène ? En Bourse, il faut se remettre au goût du jour et voir quels sont les secteurs qui se mettent en évidence par leurs fortes perspectives de croissance dans ces nouveaux marchés qui soutiennent les innovations qui feront notre bonheur dans les années qui viennent.

Vous pensez acheter un nouveau véhicule moins polluant, plus facile à garer et rempli de gadgets. Cela veut dire rempli de puces semi-conducteurs. Ce n’est pas nouveau mais c’est super tendance. Les puces sont considérées comme les cerveaux de la technologie moderne. Et avec la révolution technologique qui a lieu dans de nombreuses industries, la demande de puces ne cesse d’augmenter.

En effet, ces puces deviennent indispensables car le besoin de vitesses de données plus sûres et plus rapides poussent les ventes de puces à la hausse depuis le début de la pandémie et il y a aussi une vente massive et inattendue de smartphones compatibles 5G et automatiques. Bref, c’est comme les vaccins, tout le monde en veut (du moins les gouvernements).

J’ai donc repris mes classiques du temps ou je travaillais à la gestion de fortunes et j’ai retenu l’ETF PHLX Semiconductor (SOXX) qui évolue dans une tendance à la hausse confirmée depuis sa sortie du marché baissier de l’année dernière.

J’ai retenu aussi deux entreprises qui fournissent les outils pour créer ces puces complexes. Il s’agit de LAM RESEARCH (LRCX) et APPLIED MATERIALS (AMAT) qui ont toutes deux été parmi les cinq meilleurs acteurs du Nasdaq en ce début d’année.

Les bons résultats de Lam Research (LRCX) ont fait passer l’objectif de cours des analystes à 670 $ et la direction a donné des perspectives très positives pour le reste de l’année en raison de la « vigueur de tous les segments de marché ».

Les analystes pensent aussi qu’Applied Materials (AMAT) battra les estimations et sera haussière dans l’année.

L’industrie des semi-conducteurs doit sans cesse innover avec les créations de nouvelles puces ainsi que les outils pour les fabriquer. Cela amène une très grande complexité et aussi des coûts plus importants. Les entreprises existantes ont donc plus de chances de remporter les nouveaux segments de marché car elles sont à même de répondre à la forte demande de puces DANS UN COURT DELAI.

Je n’oublie pas notre vedette belge : MELEXIS qui est sans cesse citée à l’achat dans les journaux financiers.

Voyons maintenant quelques valeurs belges ayant la cote.

Je vous souhaite un très beau dimanche et bonne lecture. Roger LECUT Gradué en Sciences Bancaires et Boursières

Roger Lecut

By Roger Lecut

Je propose un cours en ligne sur la cyclologie boursière accessible gratuitement. Des analyses boursières régulières des actions et indices boursiers. Gazette de l'investisseur avisé : Chaque mois et ceci depuis l'année 2003, je vous propose une gazette boursière pour investir en bourse. Dans cette gazette je présente et commente des graphiques boursiers de valeurs françaises et internationales. J'analyse aussi les indices internationaux (Cac 40, Nasdaq, Dow Jones, ...) en me basant essentiellement sur les graphiques et les cycles économiques et boursiers. J'étudie aussi les fondamentaux des sociétés et je prends aussi en compte le contexte économique actuel (santé des différents secteurs d'activité, conflits militaires, devises, stocks des matières premières, économie globale, ...). Bonne lecture à tous. Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Ancien Administrateur et ancien Vice-Président d'INVESTA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *