19 juin 2024 6h45

Le petit mot boursier de Roger Lecut (23 avril 2022)

Chers investisseurs, bien le bonjour.

Les chiffres du Corona sont inquiétants mais les médias ne citent plus le chiffre des décès. Un simple pourcentage englobe maintenant ces victimes. Tout devient anodin. Nous avons pourtant dépassé le chiffre de 31.319 décès et les 4.015.791 personnes contaminées. Les élections et la GUERRE en Ukraine bouleversent plus les pronostics que les cours de bourse et il y a toujours des placements alléchants. Mais attention : Si l’inflation continue à grandir aussi rapidemment, la progression des cours des actions ne parviendra plus vraiment à couvrir la dépréciation de valeur des actifs.

Je reviens sur les figures chartistes qui permettent de voir les retournements de tendance, disons les changements de comportement des investisseurs face à une valeur. Bien souvent, cela est provoqué par un ou tout un panel d’analystes. Après 50 ans de pratique, je pense que l’indépendance du jugement de l’analyste est souvent mise en cause car elle est souvent liée aux intérêts d’une banque ou d’un fonds d’investissement actif dans le secteur. Il y a le risque qu’il « protège » l’action examinée ou la « conseille » de façon à mieux la vendre. C’est pour cela que la cyclologie boursière est à même d’apporter une certaine lumière sur l’évolution saccadée de certaines valeurs.

Je vous rappelle que l’analyse chartiste est fondée sur l’observation de « charts ». Un trader examine un certain nombre de configurations graphiques. Vous, comme lui, ont pour objectif d’anticiper des fluctuations des cours sur les places financières. Bien entendu, il faut une certaine expérience pour bien comprendre un graphique. Je vous parlerai aujourd’hui du graphique chartiste dénommé : la tête et épaules. Il permet à l’investisseur de repérer la direction et l’évolution du prix d’un actif . Cela sous-entend, qu’il détermine son objectif de cours, afin de détecter les niveaux les plus opportuns pour acheter ou vendre. Cette figure est également appelée head and shoulders top (reversal) en terme anglosaxon. Voici le schéma de cette figure dans une tendance haussière et dans une tendance baissière.

Bien entendu, les sceptiques diront qu’il est impossible d’avoir des certitudes quant à la fiabilité de cette configuration. Il en est de même d’ailleurs avec toutes les autres configurations chartistes en analyse technique. Cependant, j’ose affirmer qu’il est possible d’identifier les meilleures figures chartistes afin d’améliorer de façon certaine ses résultats d’investissement avec un taux de réussite qui ferait rougir plus d’un fondamentaliste.

Revenons à la pratique, la tête et épaules ou « head and shoulders top » (reversal) est une figure de retournement qui implique une tendance baissière, qui apparaît logiquement à la fin de la tendance haussière. De vous à moi, l’objectif est de reproduire dans un proche avenir, le comportement psychologique antérieur des investisseurs. Qu’ont-ils fait dans une situation identique qui s’appelle une figure de retournement.

Nous voyons la Compagnie des eaux des états américains présenter une épaule gauche, une tête et une épaule droite. La ligne de cou rejoint la base de formation des deux épaules et la valeur pourrait descendre de la distance entre la ligne de cou et le sommet de la tête. C’est la théorie.

Cette théorie dit que ce graphique représente une figure de retournement de tendance; autrement dit : une volonté de retournement à la baisse. Sur papier, les psychologues en tirent la conclusion que ce chart très connu représente l’échec des acheteurs qui ont essayé à trois reprises de faire monter le titre vers des plus hauts. On doit interpréter cet échec aux difficultés des acheteurs de faire grimper à nouveau les cours qui sont mis sous pression par des vendeurs. Et, il faut se méfier des gros porteurs car ceux-ci sont généralement considérés comme de gros influenceurs et je les appelle les institutionnels. Ils débordent de liquidités, ne font aucun sentiment et ont pour objectif une vision maximale des gains. En un mot, le capitalisme qui fait horreur à une masse de gens.

Leur théorie et leur pratique sont peu connues du grand public. Afin de faire un profit de plus en plus remarquable (qui impressionne les investisseurs) ils proposent très peu de titres à la vente. Ils font ainsi monter de façon mécanique et artificielle les cours de la valeur et ils vendent les titres qu’ils ont acquis antérieurement à des prix bien plus intéressants surtout avec la hausse mécanique qu’ils viennent d’engendrer.

C’est pour cela que les amateurs avertis examinent l’intensité volumétrique lors qu’ils s’aperçoivent de ce genre de formation. On constate en effet une faible hausse des volumes pendant la formation de la figure « tête et épaules ».

Los du pousse-café, à la cassure de la dernière épaule, les institutionnels vendent massivement les dernières positions de leur trésor de titres aux petits porteurs (comprenez que c’est à vous que je m’adresse). Voilà pourquoi, votre nombre de titres à l’achat n’étant pas suffisant pour se confronter à leur offre, les prix finissent pas chuter.

Cette figure est facilement reconnaissable (une silhouette un peu humaine) qui montre un premier sommet peu prononcé suivi d’un retour des cours sur la ligne de cou, puis un deuxième sommet bien plus haut suivi d’un nouveau retour sur la ligne de cou avec la formation d’un troisième sommet avant une forte chute des cours.

Les brokers estiment qu’une bonne figure chartiste doit avoir une certaine symétrie dans le temps. De plus, les épaules doivent être assez identiques en durée et en amplitude. Bien souvent, à la sortie de la seconde épaule, une pression à la vente s’exerce et les cours ont tendance à chuter surtout si la deuxième épaule est plus basse que la première. Les puristes estiment que les structures graphiques présentant une ligne de cou ascendante offrent de meilleurs résultats en terme de validité et de performance. On s’aperçoit aussi qu’une épaule gauche supérieure à l’épaule droite confirme bien souvent le pronostic baissier de la figure.

Nous remarquons aussi que les volumes de transactions ont tendance à s’amenuiser au fur et à mesure de la construction de la figure. Ils augmentent toutefois après la formation de la dernière épaule. Les spécialistes se chargent de prendre une position une position de vente à découvert à la cassure du support ou ligne de cou. Ils placent aussi un stop sous le dernier plus haut. Mais sachez qu’il est impossible d’avoir des certitudes quant à la fiabilité de cette figure, comme c’est le cas d’ailleurs avec les autres indicateurs techniques. Je vous en parle car franchement, il est possible d’identifier les meilleures figures chartistes et surtout d’améliorer ses résultats et son taux de réussite en faisant ce que les autres font de façon professionnelle.

L’important, c’est que la figure permet de savoir plus ou moins jusqu’où mènera la chute. Il suffira de prendre la distance entre la ligne de cou et le sommet de la tête et de le reporter vers le bas après la formation de la seconde épaule.

Il ne faut pas oublier qu’il existe aussi la formation inversée qui est un exellent signal d’achat. En chartisme, la tête et épaules inversées ou head and shoulders bottom (reversal) est une figure de retournement qui implique une tendance haussière, qui apparaît à la fin de la tendance baissière. Son objectif est d’imaginer dans le futur le comportement psychologique passé des investisseurs se trouvant dans une situation identique à savoir une figure de retournement. Retenez que cette formation graphique représente un échec des vendeurs sur trois tentatives successives à amener les cours de plus en plus bas. Retenez-ceci. Les périodes de ventes successives sont alimentées par les petits porteurs et les institutionnels en profitent pour accumuler des titres au meilleur prix. Vient ensuite une diminution logique des ventes et de là, une diminution de la force venderesse. Cela survient lorsque les forces acheteuses deviennent beaucoup plus fortes. En effet, les gros porteurs ou les professionnels de marchés en profitent pour accumuler des titres qui leur semblent au plus bas, faisant ainsi monter le cours de l’action. J’aime cette formation car elle est bien visible avec ses trois creux qui viennent rebondir sur la ligne horizontale appelée ligne de cou. Retenez qu’il n’est pas nécessaire que cette ligne soit horizontale. La pente peut être négative, positive ou nulle ou sans que la configuration graphique ne perde de son rôle d’anticipation. Lorsque vous voyez cette formation, vous devriez vous en réjouir, car elle met en évidence le renforcement des forces acheteuses. A l’inverse de la figure classique, l’objectif de cours à la hausse est déterminé en reportant la hauteur de la tête ou des creux au point de cassure de la ligne de cou. Cela est très fiable surtout si on constate des volumes importants à la cassure de la ligne de cou. Si les volumes de transactions ont tendance à s’amenuiser au fur et à mesure de la construction de la figure, on remarquera que la diminution des volumes a lieu sur les phases baissières et qu’une hausse apparaît sur les phases haussières.

Aux USA, les chutes dominent en ce moment

Tout est dans le rouge ; les choses se corsent. La prudence est de mise.

Voyons maintenant quelques valeurs affichant des bonis dans cette période de craintes justifiées.

Je vous souhaite bonne lecture et bon temps

A bientôt

Roger LECUT Gradué en Sciences Bancaires et Boursières

Roger Lecut

By Roger Lecut

Je propose un cours en ligne sur la cyclologie boursière accessible gratuitement. Des analyses boursières régulières des actions et indices boursiers. Gazette de l'investisseur avisé : Chaque mois et ceci depuis l'année 2003, je vous propose une gazette boursière pour investir en bourse. Dans cette gazette je présente et commente des graphiques boursiers de valeurs françaises et internationales. J'analyse aussi les indices internationaux (Cac 40, Nasdaq, Dow Jones, ...) en me basant essentiellement sur les graphiques et les cycles économiques et boursiers. J'étudie aussi les fondamentaux des sociétés et je prends aussi en compte le contexte économique actuel (santé des différents secteurs d'activité, conflits militaires, devises, stocks des matières premières, économie globale, ...). Bonne lecture à tous. Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Ancien Administrateur et ancien Vice-Président d'INVESTA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *