19 juin 2024 7h04

Le petit mot boursier de Roger Lecut (25 septembre 2023)

Chers investisseurs, bien le bonjour, il est indéniable que l’inflation et la hausse des taux latente commence à lasser le public des investisseurs. Il faut savoir par exemple qu’aux USA, le taux du bon du Trésor à 10 ans est fixé en fonction d’une inflation à 2 %.

Il faut savoir aussi qu’un tiers des bons en circulation actuellement va arriver sporadiquement à échéance sur le laps d’un an et demi.

Il faudra les renouveler mais à quel taux ? Les autorités voudraient une baisse sous les 4 % mais franchement la bataille sera rude.

Si les taux restent hauts, la bourse va s’en ressentir et certaines valeurs entrent dans une zone de distribution. Il est vrai que le sentiment général est de moins en moins haussier et que des prises de bénéfices fusent surtout sur les valeurs phares.

La référence Transports par rapport au Dow Jones va dans le même sens. Méfiance, alors, c’est le moment de regarder les figures de retournement de tendance.

La fin de semaine n’a pas été porteuse et le graphique dessine une tête et épaules. A première vue, celle du SP-500 n’est pas trop alarmante car la deuxième épaule est supérieure à la première. Nous pourrions cependant tester les 4260 points. Si la deuxième épaule avait été plus basse que la première, nous aurions eu des craintes de voir le cours descendre jusque 3940 points.

C’est quoi cette thématique ?

Une figure en forme de tête et épaules donne la tendance du marché avec une pulsion baissière. Toutefois, il faut bien comprendre le mécanisme et la forme. Cette figure est assez connue et elle se forme lorsque le cours de l’action atteint son plus haut, disons le sommet du moment, puis chute avant de remonter à un niveau plus haut que le sommet initial, puis chute à nouveau pour atteindre un creux, et former ce qu’on appelle la ligne de cou avant de remonter une dernière fois mais sans toutefois atteindre la tête de la hausse précédente.

Cette tête et épaules est donc formée par le sommet et le creux de retournement, et est entourée par deux « épaules » formées par les sommets de chaque côté de la tête. La figure est caractérisée comme figure quand le cours retombe sous la ligne de cou Cela indique aux chartistes un potentiel retournement à la baisse de l’actif. La baisse est souvent plus fréquente lorsque l’épaule de droite est inférieure à l’épaule de gauche. Si ce n’est pas le cas, il y a des probabilités que la chute ne soit provoquée que par réaction à une décision prise à chaud en réaction à une décision sur la gestion des taux par exemple ou par une probable supputation de moindres bénéfices. Alors, le marché digère en quelques jours et la hausse reprend.

A titre exemplatif, le SP-500 vient de former une tête et épaules. Le ton baissier est lancé mais comme la deuxième épaule est supérieure à la première, je pense que la chute est simplement liée à la conférence de presse qui a suivi la réunion de la Fed et aux prises de bénéfices de cette dernière quinzaine.

Si je me trompe, je vais décrire les trois phases des tendances de cours et essayer de déterminer les cibles potentielles à la baisse pour le S&P 500.

Comme je l’ai déjà expliqué, en analyse technique, on utilise les hauts et les bas pour définir les tendances. De cette façon, comme sur le graphique ci-dessus, on identifie plus aisément les renversements potentiels. Une tendance haussière est composée de hauts et de bas plus élevés. Une fois cette tendance rompue, la tendance haussière pourrait être menacée et est de temps à autre, confirmée par une figure « tête et épaules ». Dans ce cas, il faut être très attentif car le marché change de caractère. (haussier devient baissier). Ici, je vois clairement la tendance s’inverser. Nous ne parvenons plus à dépasser le sommet précédent et le marché glisse vers le bas. Heureusement, il est encore dans son carcan. Toutefois, il faut comprendre que les acheteurs se font plus rares et que les vendeurs et parfois même les acheteurs vendent leurs actions car les perspectives de hausse se sont envolées. Mais attention, il ne faut pas voir des tête et épaules trop fréquemment. Beaucoup de débutants en voient partout et agissent sur de faux signaux.

Logiquement, il y a trois étapes dans la formation de la figure. Il faut d’abord en voir une. Mais bien souvent ce n’est qu’une suite de bosses sans grande importance qui traduisent des mouvements sporadiques de vendeurs hésitants sur le maintien ou non de leur actif. Si la configuration se dessine bien en tête et épaules, il faut attendre la confirmation pour agir avec la quasi certitude de bien faire.

Pour avoir une vraie figure chartiste, vous devez vous dire d’abord que cette image est potentiellement une bonne tête et épaules. Vous n’en aurez la certitude que lorsque le cours brisera la ligne de cou vers le bas. Sinon, ce ne sera qu’une réaction émotionnelle suite à une annonce médiatique qui bousculera un court laps de temps la direction du trend boursier.

Si le cours brise la ligne de cou, nous devons reporter en dessous de celle-ci, la hauteur de la tête et nous arrivons à une cible de cours potentielle pour la baisse. Le plus difficile, c’est d’avoir la confirmation de la phase finale. En effet, il arrive que le cours descende plus bas que la cible envisagée et cela crée parfois des bosses inversées qui finissent par créer une tête et épaules inversée. Bref, il faut bien entendu mettre les réactions graphiques en parallèle avec les événements du moment. Retenez que la technique classique pour fixer le point final de la chute consiste à prendre la hauteur du motif depuis la tête jusque la ligne de cou puis à reporter cette hauteur dans un tracé similaire vers le bas en partant de la ligne de cou. Attention à l’ordonnée de l’échelle de votre graphique; elle peut fausser votre calcul si elle est logarithmique.

Le mieux est de prendre le pourcentage de hausse au dessus de la ligne de cou et de le reporter vers le bas. J’arrive ainsi à un niveau de 4100 points environ.

Naturellement, cela peut être 4080 ou 4130 mais l’essentiel, c’est de se dire attention, le potentiel de baisse est bien là. D’autant plus, que cette ligne a été souvent la moyenne du combat entre bullish et bearich cette année. Remarquez aussi que nous évoluons sous les moyennes de 39 et 50 jours et que celle de 200 jours servira de teste de rebond éventuel. Je pense que le chart nous montre maintenant un épuisement des acheteurs.

D’autres exemples :

Maintenant, voyons quelques valeurs de chez nous.

Bonne lecture.

Roger LECUT GRADUE EN SCIENCES BANCAIRES ET BOURSIERES.

Roger Lecut

By Roger Lecut

Je propose un cours en ligne sur la cyclologie boursière accessible gratuitement. Des analyses boursières régulières des actions et indices boursiers. Gazette de l'investisseur avisé : Chaque mois et ceci depuis l'année 2003, je vous propose une gazette boursière pour investir en bourse. Dans cette gazette je présente et commente des graphiques boursiers de valeurs françaises et internationales. J'analyse aussi les indices internationaux (Cac 40, Nasdaq, Dow Jones, ...) en me basant essentiellement sur les graphiques et les cycles économiques et boursiers. J'étudie aussi les fondamentaux des sociétés et je prends aussi en compte le contexte économique actuel (santé des différents secteurs d'activité, conflits militaires, devises, stocks des matières premières, économie globale, ...). Bonne lecture à tous. Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Ancien Administrateur et ancien Vice-Président d'INVESTA

One thought on “Le petit mot boursier de Roger Lecut (25 septembre 2023)”
  1. Roger Lecut nous partage toujours des articles extrèmement intéressants et étayés.
    Ils sont d’une grande aide pour l’investisseur non professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *