Le petit mot boursier de Roger Lecut (26 novembre 2022)

Roger Lecut
Ecrit par Roger Lecut

Article rédigé par un spécialiste de la bourse

Chers investisseurs,

Le Corona revient à la charge. En Belgique 4,633112 contaminés avec 33.042 décès. Nous pensions que le déclin était vraiment amorcé et même la pandémie sur la fin. Mais voilà que tout est remis en question. La Chine vient d’enregistrer un nombre record de contaminations pour une troisième journée consécutive. Bien entendu, avec 35.183 nouveaux cas vendredi, cela semble infime au niveau de la Chine avec ses milliards d’habitants mais !! La Chine, applique pourtant une politique de « zéro COVID » avec des dépistages massifs et des restrictions drastiques. Grâce à cela, elle maintient son bilan à 5.232 morts depuis le début de la pandémie. A Pékin, le nombre de nouveaux cas a bondi de 58% vendredi, à 2.595. Espérons que cela se calme au plus vite. La hausse boursière suit la logique cyclologique mais attention au revers.

L’Amérique reste attrayante non seulement pour les investisseurs mais certainement pour les sociétés industrielle. Si vous feuilletez les diverses informations de sociétés, vous vous apercevrez que beaucoup de celles-ci préfèrent investir aux USA plutôt que sur leur propre sol européen. La raison est bien entendu le prix de l’énergie et les salaires indexés. C’est, osons le dire, une désindustrialisation importante qui nuira à l’avenir de l’Europe. Ces sociétés sont bien connues des investisseurs. Citons les plus importantes : BASF va diminuer ses activités en Europe en les transférant en Chine. 10 milliards d’investissements

SOLVAY transfère une partie de ses activités aux USA aidé à concurrence de 20 % dans son investissement.

SAFRAN, SAINT GOBAIN ET STELLANTIS en France sont également en phase d’expatriement industriel.

Mais d’autres sociétés viennent chercher des capitaux américains par le biais de la Bourse. En voici quelques unes :

Le risque de récession est toujours bien présent. La différence entre les taux à 10 ans et ceux à 2 ans est toujours négative. C’est un bon indicateur. Nous avons comme résultat le 10 ans : 3,68 % moins le 2 ans : 4,42 % soit une différence négative de 0,74. C’est une marque de danger.

Mais fêtons déjà les fêtes prochaines et oublions que le 8 janvier commencera la fin du Windows dressing et les valeurs seront en mesure de corriger, probablement à la baisse. Restons prudents.

Les personnes ayant assisté à mon dernier exposé perturbé par un problème informatique peuvent m’envoyer un mail. Je leur donnerai alors les coordonnées pour le revoir en entier.

Roger LECUT Gradué en Sciences Bancaires et Boursières.

Laisser un commentaire