Aller au contenu
Forum Bourse Attitude

Lecut

Investa
  • Compteur de contenus

    215
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Lecut

  • Rang
    Habitué
  • Date de naissance 03/02/1940

Profile Information

  • Genre
    Male
  • Lieu
    COURCELLES (BELGIQUE)
  • Loisirs
    Jardin fleuri, photographie, grands voyages, vins, conférences
  1. Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    AGEAS a hérité du dossier FORTIS : que faire ? Visualiser la gazette
  2. Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    Au bord du précipice ? Visualiser la gazette
  3. Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    Oui, vous avez raison, cette valeur a bien performé sur des espoirs et ensuite, elle s'est effondrée car sa batterie n'a pas été sélectionnée par les gros industriels. Beaucoup de biotechnologies subissent le même sort. Il faut être méfiant. Dès que j'aurai trouvé, je l'indiquerai dans la gazette Bien à vous
  4. La hausse va se maintenir Visualiser la gazette
  5. La hausse se prepare

    Que faire en ce matin pluvieux du 4 octobre. Le climat est morose. La bourse est hésitante mais résiste tant bien que mal. Aucun indicateur économique n'est attendu sinon que les professionnels observeront les résultats d'une adjudication d'obligations françaises (OAT), au cours de laquelle l'Agence France Trésor cherchera à lever de 7 à 8 milliards d'euros. Le taux en dira long sur les déboires du régime socialiste français. Roger LECUT Professeur de Cyclologie Boursière. Visualiser la gazette
  6. Le gôut du mensonge

    Visualiser la gazette
  7. Bientôt une embellie

    Bonjour à tous, Dans sa "Gazette" de juin, Roger Lecut y fait un commentaire pertinent en citant FIRST SOLAR (ex-leader DE) qui s'effondre devant les premiers coups de buttoir concurrentiel chinois.. Ainsi un ami peu aguerri en finances "conseillé" (sic) par la DB à propos d'obligations "sans risques" vient d'y perdre 70% de son investissement en 15 mois. Bonds de 400 mio€ lancés en début 2010, vendus par tranches de saucisson via DB (co-Mgr avec JP Morgan) Erreur de conseil (+1 au compteur), ou parfois (comme dit bien R.L.) : personne en Europe n'avait vu venir le Dragon et ses flammes solaires ! Il a suffi que cessent des subsidiations massives et indues voulues par certains partisans gouvernementaux Verts-Ecolos pour que tout le "modèle économique U.E. renouvelables s'effondre! Laisser la main à des idéologues incompétents mènera notre continent à une dérive accélérée (sans devoir attendre les effets de la tectonique des plaques :-[ ). FIRST SOLAR n'est pas la seule à déchanter ; plusieurs groupes analogues (y compris US) en ont vécu des traumas. Consolidations en perspective? Dans LaLibreEntreprise ce W-E, un articlulet cite PHOTOVOLTECH (à Tienen ; 267 personnes) face à des problèmes analogues. Lancée sur des incitations gouvernementales en co-partenariat par GDF-Suez et Total dès 2007, la société est virtuellement faillie (des surcapacités, en l'absence desdits subsides!) (et avec 100 mio€ belges, désormais en déglingue) ... Ce qu'ignore les braves alchimistes verdâtres, c'est aussi ceci : Si l'on prend prétexte du CO2 anthropique (soit à peine 15% de 0,05 % de la composition atmosphérique :-P , dont se réjouit toute notre flore et nos arbres pour croitre). Considéré d'influence = 1 sur les GES, le CH4 (méthane) est lui 24x plus influent, le NO2 l'est 300x, les CFC disparus de nos industries depuis les années '90s l'était 3.000x. Mais horreurs entre toutes : le NF3 (trifluorure d'azote) l'est lui 17.000 plus pervers !!! Or la production de cellules photovoltaïques requiert son usage (rigoureusement contrôlé); soit un aspect sur lequel les "jaunes" chinois se montrent un tantinet moins soucieux que nos industriels et députés verts-incompétents. D'où ces 70% du marché productif conquis pour des produits "écologiques" low-cost (que nos pauvres installateurs d'U.E. s'efforcent de placer avec les subsides que paient 99% de contribuables pour complaire les 5% de bénéficiaires verts persuadés de contribuer à la survie des générations futures)! Ah oui : dernier scoop ? Les milliers d'éoliennes off-shore qui devaient être la panacée à tous nos soucis... Chacune d'elle exige des fondations (soit plus de 150 tonnes de béton/unité). Or les inspections allemandes confirmeraient ces fondations se révèlent instables et s'effritent partiellement ... ce qui exigeraient des coûts monstrueux de consolidation. Ingénieuses et sans risques ces milliers d'éoliennes? Engins dont celles futures vont passer à 1,5 à 3 puis 5 et (futur) 10 MW de puissance (quand le vent du dieu éole veut bien en agiter les pales). Au bilan de quoi, chacun devrait se réjouir que soient disponibles ces gros terminaux LNG et de futures centrales alimentées à partir des gaz russes, celui des pays arabiques et des ShaleGas américains et canadiens! Tandis que nous - européens - refusont d'explorer les mêmes techniques à 3.000 m de profondeur (là où ne sont pas les nappes phréatiques) !!! Puis que les allemands ayant éteint leurs centrales nucléaires vont désormais devoir stopper d'être la locomotive socio-économique U.E. ??? Pauvre Europe de toutes nos superstitions et idéologies bornées... E.S.
  8. Visualiser la gazette
  9. La bourse doit corriger jusqu'au 4 juillet. Ensuite, elle aura encore des humeurs jusque mi-septembre. Alors viendra le temps d'une belle hausse. Bonne lecture Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette mai 2012 en PDF.pdf
  10. Voilà que la correction normale de mai s'annonce début avril. Est-ce la peine de faire des frais puisque la nouvelle hausse arrivera en septembre-octobre avec les éléctions américaines. Sommes-nous toujours dans un cycle haussier ? Réponse dans la gazette. Bonne lecture Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Gazette février 2012 en PDF.pdf
  11. Nous étions désespérés en 2002 avec la perte des technologiques et dès les vélléités de reprise en 2003, beaucoup ont eu peur de réinvestir et ils ont raté le coche. Voici de quoi mettre du beaume sur votre coeur. Je pense que 2012 va connaître le même retournement de tendance. Attention celui-ci pourrait durer en 2013 pour bien partir en 2014 La patience est de rigueur mais ne ratez pas ce train du bonheur. Roger LECUT Professeur de cyclologie Gazette janvier 2012.pdf
  12. Total vient d'apprendre que la captation de gaz shisteux était désormais interdite sur le sol français. Voilà à première vue, un investissement devenu inutile qu'il faudra amortir. Mauvaise chose pour les actionnaires et très bonne nouvelle pour la planète. Aux USA, des riverains voient le gaz sortir par leur robinet!! et ce n'est pas de la blague. De plus la nappe phréatique est totalement polluée. Selon la direction, une demande mondiale soutenue et des troubles géopolitiques persistants ont contribué à accroître au deuxième trimestre les tensions observées sur le marché pétrolier. Dans ce contexte, Total a poursuivi le développement et le redéploiement de son portefeuille en cohérence avec son engagement pour une croissance durable. Le résultat du trimestre en hausse de 7% en dollar par rapport au deuxième trimestre 2010 a bénéficié d’un environnement plus favorable, mais a été impacté négativement par des changements de périmètre importants, un niveau plus élevé de maintenance des installations, l’arrêt des productions en Libye, ainsi que par la poursuite de la faiblesse des marges de raffinage en Europe. Les succès rencontrés en exploration en Bolivie et en Angola, l’obtention d’un nouveau permis au Qatar, le renforcement de la participation de Total dans Tempa Rossa en Italie, l’entrée dans des concessions « shale gas » en Pologne et le lancement de deux nouveaux projets offshore en Norvège ouvrent de nouvelles perspectives de croissance. L’acquisition de la société californienne SunPower complète par ailleurs l’engagement dans les nouvelles énergies, plaçant Total parmi les leaders mondiaux d’une industrie solaire en fort développement. Dans le même temps, le Groupe a conclu plusieurs accords de cession d’actifs, dont sa participation dans le réseau norvégien de transport de gaz Gassled et l’essentiel de ses actifs de distribution pétrolière au Royaume-Uni. Fort d’un bilan solide et de la dynamique déployée dans tous les secteurs du Groupe, Total aborde le second semestre 2011 très confiant dans ses perspectives de croissance profitable pour l’ensemble de ses parties prenantes. » mais...... Depuis le début du troisième trimestre 2011, le prix du Brent se situe autour de 110 $/b (102.76 ce jour) et l’environnement du raffinage européen demeure difficile. Dans l’Amont, alors que les activités d’exploration seront marquées au second semestre par les premiers résultats de puits à forts enjeux, le Groupe compte poursuivre la construction de ses pôles de croissance en approuvant plusieurs projets majeurs notamment en Australie et en Russie. Dans le même temps, la mise en production de Pazflor en Angola au quatrième trimestre viendra contribuer à la croissance des productions à court terme. Dans l’Aval et la Chimie, le Groupe bénéficiera pleinement de sa nouvelle unité de conversion profonde de Port Arthur aux Etats-Unis démarrée au second trimestre, tout en continuant de renforcer sa compétitivité sur ses principales plateformes Aval-Chimie. Dans les prochains mois, Total entend finaliser les acquisitions et cessions en cours dans l’ensemble de ses secteurs, confirmant sa stratégie de redéploiement de ses activités tout en maintenant la solidité de son bilan. Fin septembre, Total annonce l’acquisition au Kenya d’une participation de 40% dans cinq permis offshore du bassin de Lamu, les permis L5, L7, L11a, L11b et L12. Par cette transaction quadripartite réalisée par sa filiale Total E&P Kenya B.V. et qui reste soumise à l’approbation des autorités kényanes, Total acquiert : une participation de 20% auprès d’Anadarko Kenya Company qui conservera 50% dans les permis et son rôle d’opérateur ; une participation de 5% auprès de Cove Energy qui conservera 10% dans les permis ; et une participation de 15% auprès de Dynamic Global Advisors qui cède l’intégralité de sa participation à Total. Ce domaine d’exploration offshore se situe au large de l’archipel de Lamu et s’étend sur une superficie de plus de 30 500 kilomètres carrés, par des profondeurs d’eau comprises entre 100 et 3 000 mètres. Une campagne d’acquisition sismique 3D sur 3 500 kilomètres carrés est en cours. Si les résultats sont satisfaisants, cette campagne sera suivie d’un ou plusieurs forages d’exploration. Marc Blaizot, directeur Exploration de Total déclare : « Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une politique d’exploration audacieuse consistant en des prises de participations importantes sur des thématiques ‘’frontières’’ à forts enjeux. Les découvertes effectuées dans l’offshore au Mozambique et en Tanzanie ouvrent des perspectives également très prometteuses pour ces permis kenyans ». Total s’est récemment engagé dans l’exploration et le développement des réserves du Lac Albert en Ouganda, et a été sélectionné pour développer des activités d’exploration en Tanzanie. Cette nouvelle opération s’inscrit dans la stratégie de Total de développer sa présence en exploration-production dans les pays d’Afrique de l’Est. Total au Kenya Le Kenya est l’une des plus anciennes implantations de Total en Afrique. Le Groupe y est présent depuis 1955 à travers sa filiale Total Kenya dont le siège social est à Nairobi. Cette filiale est cotée à la Bourse de Nairobi et compte 385 collaborateurs. Total Kenya couvre l’ensemble des activités de distribution de produits pétroliers avec un réseau de 165 stations : commerce général, lubrifiants, GPL et aviation. Total Kenya est leader de ce marché depuis la reprise des activités de Chevron en 2009. * * * * * Total est l’un des tout premiers groupes pétroliers et gaziers internationaux, exerçant ses activités dans plus de 130 pays. Le Groupe est également un acteur de premier plan de la chimie. Ses 93 000 collaborateurs développent leur savoir-faire dans tous les secteurs de ces industries : exploration et production de pétrole et de gaz naturel, raffinage et distribution, énergies nouvelles, trading et chimie. Ils contribuent ainsi à satisfaire la demande mondiale en énergie, présente et future. MAIS NOUS ENTRONS PROBABLEMENT DANS UNE RECESSION ET LES PRODUITS PETROLIERS VONT CHUTER Je pense qu'il faut mieux surveiller et acheter sur réactions baissières. Bien à vous Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière
  13. Le climat boursier est dramatique...la glissade n'est pas finie Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 1 à 3.pdf Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 4 à 7.pdf
  14. Vous êtes beaucoup à vous prélasser et vous avez raison. Le temps travaille pour vous. Et bien non, il est temps de comprendre la gravité de la situation et de devenir raisonnable dans les dépenses. Le cycle de Kress est bien amorcé et les investisseurs avisés pourront profiter des évolutions très volatiles des marchés Bonne lecture Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette AOUT 2011 en PDF.pdf
×