Aller au contenu
Bourse Attitude

Lecut

Investa
  • Compteur de contenus

    215
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Lecut

  1. Lecut

    Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    AGEAS a hérité du dossier FORTIS : que faire ? Visualiser la gazette
  2. La hausse va se maintenir Visualiser la gazette
  3. Lecut

    Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    Au bord du précipice ? Visualiser la gazette
  4. Lecut

    Les gazettes de l'année 2013 et 2014

    Oui, vous avez raison, cette valeur a bien performé sur des espoirs et ensuite, elle s'est effondrée car sa batterie n'a pas été sélectionnée par les gros industriels. Beaucoup de biotechnologies subissent le même sort. Il faut être méfiant. Dès que j'aurai trouvé, je l'indiquerai dans la gazette Bien à vous
  5. Lecut

    La hausse se prepare

    Que faire en ce matin pluvieux du 4 octobre. Le climat est morose. La bourse est hésitante mais résiste tant bien que mal. Aucun indicateur économique n'est attendu sinon que les professionnels observeront les résultats d'une adjudication d'obligations françaises (OAT), au cours de laquelle l'Agence France Trésor cherchera à lever de 7 à 8 milliards d'euros. Le taux en dira long sur les déboires du régime socialiste français. Roger LECUT Professeur de Cyclologie Boursière. Visualiser la gazette
  6. Lecut

    Le gôut du mensonge

    Visualiser la gazette
  7. Lecut

    Bientôt une embellie

    Bonjour à tous, Dans sa "Gazette" de juin, Roger Lecut y fait un commentaire pertinent en citant FIRST SOLAR (ex-leader DE) qui s'effondre devant les premiers coups de buttoir concurrentiel chinois.. Ainsi un ami peu aguerri en finances "conseillé" (sic) par la DB à propos d'obligations "sans risques" vient d'y perdre 70% de son investissement en 15 mois. Bonds de 400 mio€ lancés en début 2010, vendus par tranches de saucisson via DB (co-Mgr avec JP Morgan) Erreur de conseil (+1 au compteur), ou parfois (comme dit bien R.L.) : personne en Europe n'avait vu venir le Dragon et ses flammes solaires ! Il a suffi que cessent des subsidiations massives et indues voulues par certains partisans gouvernementaux Verts-Ecolos pour que tout le "modèle économique U.E. renouvelables s'effondre! Laisser la main à des idéologues incompétents mènera notre continent à une dérive accélérée (sans devoir attendre les effets de la tectonique des plaques :-[ ). FIRST SOLAR n'est pas la seule à déchanter ; plusieurs groupes analogues (y compris US) en ont vécu des traumas. Consolidations en perspective? Dans LaLibreEntreprise ce W-E, un articlulet cite PHOTOVOLTECH (à Tienen ; 267 personnes) face à des problèmes analogues. Lancée sur des incitations gouvernementales en co-partenariat par GDF-Suez et Total dès 2007, la société est virtuellement faillie (des surcapacités, en l'absence desdits subsides!) (et avec 100 mio€ belges, désormais en déglingue) ... Ce qu'ignore les braves alchimistes verdâtres, c'est aussi ceci : Si l'on prend prétexte du CO2 anthropique (soit à peine 15% de 0,05 % de la composition atmosphérique :-P , dont se réjouit toute notre flore et nos arbres pour croitre). Considéré d'influence = 1 sur les GES, le CH4 (méthane) est lui 24x plus influent, le NO2 l'est 300x, les CFC disparus de nos industries depuis les années '90s l'était 3.000x. Mais horreurs entre toutes : le NF3 (trifluorure d'azote) l'est lui 17.000 plus pervers !!! Or la production de cellules photovoltaïques requiert son usage (rigoureusement contrôlé); soit un aspect sur lequel les "jaunes" chinois se montrent un tantinet moins soucieux que nos industriels et députés verts-incompétents. D'où ces 70% du marché productif conquis pour des produits "écologiques" low-cost (que nos pauvres installateurs d'U.E. s'efforcent de placer avec les subsides que paient 99% de contribuables pour complaire les 5% de bénéficiaires verts persuadés de contribuer à la survie des générations futures)! Ah oui : dernier scoop ? Les milliers d'éoliennes off-shore qui devaient être la panacée à tous nos soucis... Chacune d'elle exige des fondations (soit plus de 150 tonnes de béton/unité). Or les inspections allemandes confirmeraient ces fondations se révèlent instables et s'effritent partiellement ... ce qui exigeraient des coûts monstrueux de consolidation. Ingénieuses et sans risques ces milliers d'éoliennes? Engins dont celles futures vont passer à 1,5 à 3 puis 5 et (futur) 10 MW de puissance (quand le vent du dieu éole veut bien en agiter les pales). Au bilan de quoi, chacun devrait se réjouir que soient disponibles ces gros terminaux LNG et de futures centrales alimentées à partir des gaz russes, celui des pays arabiques et des ShaleGas américains et canadiens! Tandis que nous - européens - refusont d'explorer les mêmes techniques à 3.000 m de profondeur (là où ne sont pas les nappes phréatiques) !!! Puis que les allemands ayant éteint leurs centrales nucléaires vont désormais devoir stopper d'être la locomotive socio-économique U.E. ??? Pauvre Europe de toutes nos superstitions et idéologies bornées... E.S.
  8. Visualiser la gazette
  9. La bourse doit corriger jusqu'au 4 juillet. Ensuite, elle aura encore des humeurs jusque mi-septembre. Alors viendra le temps d'une belle hausse. Bonne lecture Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette mai 2012 en PDF.pdf
  10. Voilà que la correction normale de mai s'annonce début avril. Est-ce la peine de faire des frais puisque la nouvelle hausse arrivera en septembre-octobre avec les éléctions américaines. Sommes-nous toujours dans un cycle haussier ? Réponse dans la gazette. Bonne lecture Roger LECUT Professeur de Cyclologie boursière Gazette février 2012 en PDF.pdf
  11. Nous étions désespérés en 2002 avec la perte des technologiques et dès les vélléités de reprise en 2003, beaucoup ont eu peur de réinvestir et ils ont raté le coche. Voici de quoi mettre du beaume sur votre coeur. Je pense que 2012 va connaître le même retournement de tendance. Attention celui-ci pourrait durer en 2013 pour bien partir en 2014 La patience est de rigueur mais ne ratez pas ce train du bonheur. Roger LECUT Professeur de cyclologie Gazette janvier 2012.pdf
  12. Le climat boursier est dramatique...la glissade n'est pas finie Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 1 à 3.pdf Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 4 à 7.pdf
  13. Total vient d'apprendre que la captation de gaz shisteux était désormais interdite sur le sol français. Voilà à première vue, un investissement devenu inutile qu'il faudra amortir. Mauvaise chose pour les actionnaires et très bonne nouvelle pour la planète. Aux USA, des riverains voient le gaz sortir par leur robinet!! et ce n'est pas de la blague. De plus la nappe phréatique est totalement polluée. Selon la direction, une demande mondiale soutenue et des troubles géopolitiques persistants ont contribué à accroître au deuxième trimestre les tensions observées sur le marché pétrolier. Dans ce contexte, Total a poursuivi le développement et le redéploiement de son portefeuille en cohérence avec son engagement pour une croissance durable. Le résultat du trimestre en hausse de 7% en dollar par rapport au deuxième trimestre 2010 a bénéficié d’un environnement plus favorable, mais a été impacté négativement par des changements de périmètre importants, un niveau plus élevé de maintenance des installations, l’arrêt des productions en Libye, ainsi que par la poursuite de la faiblesse des marges de raffinage en Europe. Les succès rencontrés en exploration en Bolivie et en Angola, l’obtention d’un nouveau permis au Qatar, le renforcement de la participation de Total dans Tempa Rossa en Italie, l’entrée dans des concessions « shale gas » en Pologne et le lancement de deux nouveaux projets offshore en Norvège ouvrent de nouvelles perspectives de croissance. L’acquisition de la société californienne SunPower complète par ailleurs l’engagement dans les nouvelles énergies, plaçant Total parmi les leaders mondiaux d’une industrie solaire en fort développement. Dans le même temps, le Groupe a conclu plusieurs accords de cession d’actifs, dont sa participation dans le réseau norvégien de transport de gaz Gassled et l’essentiel de ses actifs de distribution pétrolière au Royaume-Uni. Fort d’un bilan solide et de la dynamique déployée dans tous les secteurs du Groupe, Total aborde le second semestre 2011 très confiant dans ses perspectives de croissance profitable pour l’ensemble de ses parties prenantes. » mais...... Depuis le début du troisième trimestre 2011, le prix du Brent se situe autour de 110 $/b (102.76 ce jour) et l’environnement du raffinage européen demeure difficile. Dans l’Amont, alors que les activités d’exploration seront marquées au second semestre par les premiers résultats de puits à forts enjeux, le Groupe compte poursuivre la construction de ses pôles de croissance en approuvant plusieurs projets majeurs notamment en Australie et en Russie. Dans le même temps, la mise en production de Pazflor en Angola au quatrième trimestre viendra contribuer à la croissance des productions à court terme. Dans l’Aval et la Chimie, le Groupe bénéficiera pleinement de sa nouvelle unité de conversion profonde de Port Arthur aux Etats-Unis démarrée au second trimestre, tout en continuant de renforcer sa compétitivité sur ses principales plateformes Aval-Chimie. Dans les prochains mois, Total entend finaliser les acquisitions et cessions en cours dans l’ensemble de ses secteurs, confirmant sa stratégie de redéploiement de ses activités tout en maintenant la solidité de son bilan. Fin septembre, Total annonce l’acquisition au Kenya d’une participation de 40% dans cinq permis offshore du bassin de Lamu, les permis L5, L7, L11a, L11b et L12. Par cette transaction quadripartite réalisée par sa filiale Total E&P Kenya B.V. et qui reste soumise à l’approbation des autorités kényanes, Total acquiert : une participation de 20% auprès d’Anadarko Kenya Company qui conservera 50% dans les permis et son rôle d’opérateur ; une participation de 5% auprès de Cove Energy qui conservera 10% dans les permis ; et une participation de 15% auprès de Dynamic Global Advisors qui cède l’intégralité de sa participation à Total. Ce domaine d’exploration offshore se situe au large de l’archipel de Lamu et s’étend sur une superficie de plus de 30 500 kilomètres carrés, par des profondeurs d’eau comprises entre 100 et 3 000 mètres. Une campagne d’acquisition sismique 3D sur 3 500 kilomètres carrés est en cours. Si les résultats sont satisfaisants, cette campagne sera suivie d’un ou plusieurs forages d’exploration. Marc Blaizot, directeur Exploration de Total déclare : « Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une politique d’exploration audacieuse consistant en des prises de participations importantes sur des thématiques ‘’frontières’’ à forts enjeux. Les découvertes effectuées dans l’offshore au Mozambique et en Tanzanie ouvrent des perspectives également très prometteuses pour ces permis kenyans ». Total s’est récemment engagé dans l’exploration et le développement des réserves du Lac Albert en Ouganda, et a été sélectionné pour développer des activités d’exploration en Tanzanie. Cette nouvelle opération s’inscrit dans la stratégie de Total de développer sa présence en exploration-production dans les pays d’Afrique de l’Est. Total au Kenya Le Kenya est l’une des plus anciennes implantations de Total en Afrique. Le Groupe y est présent depuis 1955 à travers sa filiale Total Kenya dont le siège social est à Nairobi. Cette filiale est cotée à la Bourse de Nairobi et compte 385 collaborateurs. Total Kenya couvre l’ensemble des activités de distribution de produits pétroliers avec un réseau de 165 stations : commerce général, lubrifiants, GPL et aviation. Total Kenya est leader de ce marché depuis la reprise des activités de Chevron en 2009. * * * * * Total est l’un des tout premiers groupes pétroliers et gaziers internationaux, exerçant ses activités dans plus de 130 pays. Le Groupe est également un acteur de premier plan de la chimie. Ses 93 000 collaborateurs développent leur savoir-faire dans tous les secteurs de ces industries : exploration et production de pétrole et de gaz naturel, raffinage et distribution, énergies nouvelles, trading et chimie. Ils contribuent ainsi à satisfaire la demande mondiale en énergie, présente et future. MAIS NOUS ENTRONS PROBABLEMENT DANS UNE RECESSION ET LES PRODUITS PETROLIERS VONT CHUTER Je pense qu'il faut mieux surveiller et acheter sur réactions baissières. Bien à vous Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière
  14. Vous êtes beaucoup à vous prélasser et vous avez raison. Le temps travaille pour vous. Et bien non, il est temps de comprendre la gravité de la situation et de devenir raisonnable dans les dépenses. Le cycle de Kress est bien amorcé et les investisseurs avisés pourront profiter des évolutions très volatiles des marchés Bonne lecture Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette AOUT 2011 en PDF.pdf
  15. La bourse entre dans les années cruciales du cycle de Kress. Faut-il oser investir à ce stade et si oui vers quel secteur ? Bonne lecture Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière Gazette juin 2011 en PDF.pdf
  16. Même en lisant des quantités d'infos, on se demande si notre investissement a été bien fait. L'argent dévalue, vous vous garantissez avec de l'or et voilà qu'un Mr soros met votre investissement en péril. Pourtant un autre milliardaire reste sur sa position or. Oui mais, le Comex demande des appels de fonds aux spéculateurs et l'argent se casse la figure. Que faire ? Les terres rares, oui mais suivez le guide... Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière Tribune à la Salle Boursière Gazette mai 2011 en PDF.pdf
  17. He là, que dites-vous ? Le Japon, la crise de lEuro, la guerre en Libye et les conflits sociaux ? Nest-ce pas assez pour prendre ses jambes à son cou et quitter la Bourse ? Cest quasi la débâcle à prévoir et vous devriez investir ? Allons donc, restons sérieux !! Et pourtant, ceux qui investissent marquent des points même si comme certains laffirment, les indices seraient soutenus par les dirigeants locaux. A titre exemplatif, voici lévolution de seize valeurs connues mondialement et représentant plus de dix milliards de capitalisation boursière. Elles viennent datteindre leur plus haut sommet en cinquante-deux semaines et conservent encore une dynamique attirante. Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette MARS 2011 en PDF.pdf
  18. Aux Etats Unis, les dirigeants semblent prendre conscience de lénorme boulette commise depuis lan 2.000 au nom du social et de lécologie. Les responsables politiques ont créé des lois tellement contraignantes que lexploitation des terres rares très polluante et nocive, jen conviens, est partie quasi totalement en Chine. Celle-ci assure maintenant, à elle seule, 95 % de la production mondiale de ces oxydes de métaux très recherchés. Les pays comme la Belgique dont la production délectricité était très dépendante du nucléaire a aussi commis ce genre derreur et nous commençons sérieusement à nous en mordre les doigts, nn déplaise aux écolos. Les États Unis viennent de comprendre leur erreur plus rapidement ; ils en ont déjà discuté et présenté un projet de loi S.383 afin de promouvoir lexploitation de minéraux essentiels et de matières tout aussi essentielles sur le sol américain et den garantir un approvisionnement régulier. Gazette février 2011 en PDF.pdf
  19. De nouvelles inventions seront bientôt sur le marché. Notamment la réfrigération magnétique et le chauffage. On développe des climatiseurs qui utilisent des aimants. Ce nouvel équipement utilise un dixième de la puissance d'un appareil de climatisation standard et a moins de pièces mobiles. Il requiert donc beaucoup moins d'entretien. Chaque immeuble de bureaux aura besoin d'une de ces unités de conditionnement d'air parce que l'énergie devient très coûteuse. Le problème, c'est que la plupart de ces technologies ne fonctionneront pas sans de grandes quantités de terres rares. (lire la suite sur la gazette) Gazette janvier 2011 en PDF.pdf
  20. Gazette DECEMBRE 2010.doc
  21. COMMENT INVESTIR COMME LES GRANDS AVEC MOINS DE MOYENS ? Gazette Novembre 2010.doc
  22. La sortie de crise est évidente. Ceux qui en parlent se font blâmer par des fantaisistes qui ne connaissent rien aux statistiques mais ceux qui appliquent savamment tout ce dont nous a appris le passé récoltent les fruits de cette expérience extraordinaire. Bonne lecture et bons gains comme les mois passés Roger LECUT PROFESSEUR DE CYCLOLOGIE BOURSIERE Gazette OCTOBRE-NOVEMBRE 2010.doc
  23. Les nouvelles semblent toujours de plus en plus noires et pourtant, nous sortons de la crise et la fin d'année sera bullish tout comme l'année 2011, cycle présidentiel oblige Bien à vous Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière Gradué en sciences bancaires et boursières Gazette septembre 2010.doc
  24. GAZETTE DE L'INVESTISSEUR AVISE - 14 JUILLET 2010 La crise financière continue à faire des vagues et des mini-vagues et nous commençons à désespérer ; certains économistes parlent déjà d'une économie en double-fond. Que disent les graphiques ? Depuis ma dernière gazette, nous avons franchi à la baisse toutes les moyennes mobiles importantes dont la plus redoutée, celle à 150 jours. De plus, nous avons évolué sous le niveau psychologique des 10.000 points avant de le franchir à nouveau. Il y avait effectivement de quoi s'inquiéter mais c'est toujours au moment le plus crucial que la bourse vire au rose puis évolue dans le vert. Des nerfs d'acier et encore, pour éviter les coups de chaleur, mieux vaut prendre ses distances avec le marché et profiter des vacances. Bien souvent à la rentrée, le pire est passé et bien des personnes sont contentes de ne pas avoir effectué des opérations dans la panique ou la débandade des indicateurs. Nous venons de grimper de 5% la semaine passée. C'est un fait et nous testons la moyenne pondérée de 50 jours. Les autres moyennes ont une projection probable de tendance latérale. L'accumulation -distribution est positive et bien des titres américains évoluent de la même façon que l'indice phare. Devrais-je me réjouir ? Bien entendu, la chute est enrayée mais la formation en « W » n'en est pas une. Le deuxième jambage est moins haut que le premier. Cependant, nous sommes en train de former un wedge bullish ; c'est un point positif. Comme vous le savez, les médias disent que le premier signal de vente est venu de la Chine et plus précisément de son indice phare, le Shanghai Index. Il est vrai que l'évolution des cours était totalement dé corrélée de celle des indices américains et européens, puisque l'Index chinois baissait depuis son sommet d'août 2009. Avec une telle divergence, nous pouvions voir sans aucune difficulté que le rally des marchés n'était pas unanime sur toutes les places boursières. Un tel fait, à l'heure de l'informatique, constitue une première faiblesse que nous pourrions appeler grande fragilité du marché des actions. Mais, regardons attentivement les trois graphiques ? Vous remarquerez que la bourse de Shanghai a tendance à se renverser en premier, à la hausse comme à la baisse quelques temps avant les USA et si vous regardez ce fait avec le Dow Jones européen, le phénomène est identique. Cyclologiquement, cela pourrait-il dire que le marché chinois serait en avance sur les cycles boursiers ? Dans ce cas, le rallye de juillet était prévisible et la Chine deviendrait l'indice phare de référence. Que fera la bourse ce lundi 12 juillet ? Tendance latérale. C'est gagné. Il fallait donc rester investi et en ce moment, le calendrier chinois nous indique que les prochains mois seront encore assez bousculés avant un beau redressement en fin d'année. Les institutionnels viennent de se dégager à nouveau après avoir refait le plein. Rien de bien dramatique Nous continuons à respecter le cycle du Bear Markets de 2000-2002. Nous allons entamer la dernière phase de hausse de la crise financière de 2007. Nous avons maintenant 836 actions qui naviguent au dessus de la moyenne à 50 jours soit 39.68 %. Le grand public semble revenir sur le marché et cela se confirme par le redressement du MACD Depuis le début de l'année, nous avons entamé un trend de tendance latérale avec deux top et trois down. Dans ce genre de formation, le troisième top est décisif et pourrait engendrer la poursuite de la hausse mais nous ne sommes pas encore au niveau du deuxième top. A surveiller. Cet indicateur RUSSEL reprenant la cotation de 2000 actions est assez parlant. Il a testé sa moyenne à 200 jours sans succès et recommence le test après avoir fait un bottom quasi au niveau de février 2010. Espérons qu'il réussisse à franchir la moyenne. Il très apprécié des professionnels. Le DJA (ETF Dow Diamonds) a rebondi et pourrait percer les deux moyennes. Ce serait une très bonne nouvelle mais les moyennes que feront-elles ? Le baiser mortel ? Le S&P 500 SPDR appelé aussi le SPY donne une image neutre. La moyenne est coupée mais celle à 200 jours continue de grimper. C'est aussi un des ETF les plus connus. L'ETF des quatre Q qui fait référence à des valeurs technologiques suivies par le Nasdaq 100 donne aussi une pulsion de reprise mais franchira t'il la moyenne à 200 jours. L'ETF bancaire KBE tente de passer sa dernière moyenne et les médias commencent à « aimer » ce secteur. L'indicateur des pétrolières redevient positif mais l'affaire BP noircit le secteur et franchir la moyenne est une étape peu commode. Même les pétroles de remplacement éprouvent des difficultés. Les valeurs aurifères restent dans leur trend haussier mais la résistance de la deuxième moyenne semble difficile à percer. L'or devrait probablement fléchir en juillet. Ce sera une nouvelle occasion de faire le plein de ce métal précieux qui n'est plus une relique comme le prétendent encore certains économistes L'indicateur des semi-conducteurs a réussi son test et le MACD semble tenir sa voie haussière. L'indicateur de l'immobilier a testé sa moyenne et envisage de passer à la hausse celle à 50 jours. Le climat pourrait bien changer positivement. Le Baltic Dry Index est devenu soudainement rudement inquiétant. Il est vraiment divergent de l'indice transport américain. Il représente toutefois une part prépondérante du commerce avec l'Asie .Par contre la corrélation avec l'indice transport et le Dow Industrials est parfaite A surveiller Jetons un coup d'il sur le Value Line Geometric Index et sur la volatilité boursière du moment. Ces deux indicateurs restent rassurants. Le Value Line est descendu à 290 proche de la limite de sécurité à 232.96 mais il s'est heureusement redressé à 307.46. La volatilité boursière a donc fait un bond mais elle s'est vite aplanie. Tout est sous contrôle. le Nyse Summation Index nous fait une figure en W positif. L'alerte serait-elle passée ? Que disent les professionnels dans leurs lettres confidentielles ? Ce broker pense qu'après un rally, il y aura confirmation d'une formation « tête et épaules » très dangereuse et bonjour les dégâts. Nous devrions avoir une résistance à la hausse en ce qui concerne l'argent. Des elliottistes disent que nous sommes à la fin de la formation ABC après une envolée en cinq vagues. Conclusion : correction prochaine mais il existe une certaine corrélation avec l'or et celui-ci pourrait bien corriger sérieusement avant une nouvelle poursuite de la hausse. Les indicateurs que nous venons de voir représentent en fait l'évolution de la semaine passée. En effet, le S & P500 a bondi de 5,1% (en baisse de 3,3% en cumul annuel), et le Dow a gagné 5,0% (en baisse de 2,2% en cumul annuel). Les banques ont progressé de 8,9% (en hausse de 15,6%), L'indicateur Stanley Morgan des cycliques a fait un rally de 6,6% (en baisse de 1,3%), et l'indicateur des transports a augmenté de 5,5% (1,5%). L'indice des consommateurs Morgan Stanley a augmenté de 4,5% (en baisse de 1,2%), et celui des services publics a bondi de 5,5% (en baisse de 4,1%). Le S & P 400 des valeurs moyennes a rallié de 5,1% (1,8%), et les petites capitalisations de l'indicateur Russell 2000 ont augmenté de 4,8% (en hausse de 0,6%). Le Nasdaq100 a augmenté de 4,8% (en baisse de 2,4%), et l'indice Morgan Stanley High Tech a bondi de 5,0% (en baisse de 6,2%). Les semi-conducteurs ont terminé la semaine avec une hausse de 5,6% (2,4%) et les valeurs Internet ont bondi de 5,9%. Les biotechs ont augmenté de 3,0% avec des gains pour 2010 à 10,1%. Les lingots d'or ont peu bougé mais l'indice HUI a rallié de 2,1% (en hausse de 7,6% depuis le début de l'année). L'indice allemand DAX a bondi de 4,0% (en hausse de 1,8% en cumul annuel) et le Nikkei 225 a récupéré 4,1% (en baisse de 9,1%). Les marchés émergents étaient très sollicités. L'indice du Brésil a grimpé de 3,2% (en baisse de 7,5%), et l'indice russe a augmenté de 3,6% (en baisse de 5,5%). Pour faire de même, l'Inde a progressé de 2,1% (+ 2,1%) et la Chine Shanghai Exchange s'est offert un rallye de 3,7% (en baisse de 24,6%). En suivant attentivement la presse financière et non pas le Tour de France ou la Coupe Mondiale du Football, vous auriez appris que : "la demande d'or en Chine,-le deuxième plus gros consommateur mondial- a atteint un volume total en hausse de 59% par rapport aux six premiers mois de l'année précédente, soit l'équivalent de 3,174.5 tonnes ... " L'indice CRB des commodities a crû de 2,4% (en baisse de 8,0% en cumul annuel). L'argent a gagné 2,4% à 18.145 $ (en hausse de 7,7% en cumul annuel). "la Banque centrale de Chine a dit que la croissance économique devient plus équilibrée entre la consommation, l'investissement et les exportations. ... «la balance courante excédentaire de la Chine diminuera pour la deuxième année en 2010, la demande intérieure joue un rôle plus important dans la conduite de la croissance économique de la nation. "la vente de voitures de tourisme en Chine a ralenti en Juin car l'inflation s'est accélérée, ce qui réduit le pouvoir d'achat des consommateurs. "La croissance de l'industrie des services de l'Inde y compris les logiciels et les télécommunications s'est accélérée pour atteindre le niveau le plus élevé depuis deux ans. Des pressions se font pour maintenir la pression sur la banque centrale afin qu'elle relève les taux d'intérêt et jugule l'inflation." Avez-vous noté que le Fonds monétaire international a relevé sa prévision de croissance mondiale cette année, reflétant une croissance plus forte que prévu au premier semestre ... L'économie mondiale va ainsi augmenter de 4,6% en 2010, la plus forte hausse depuis 2007 , comparativement à une projection de 4,2 Avril %..." Avez-vous noté que la création d'emplois au Canada a été presque cinq fois plus importante que les économistes le pensaient pour juin. L'économie a ainsi récupéré la quasi-totalité des pertes d'emplois observée depuis 2008 ...et le taux de chômage est tombé à 7,9 %..." Avez-vous noté que la production industrielle de l'Allemagne a augmenté plus que les économistes ne l'estimaient pour mai et que la reprise mondiale a alimenté la demande pour les produits de la plus grande économie d'Europe. La production a augmenté de 2,6% par rapport à avril et les exportations ont progressé de 9,2% en mai. " Il est à noter qu'un semblant de stabilité est revenu sur les marchés de la dette européenne. Les matières premières résistent et profitent même du rallye boursier. Le cuivre a bondi de 5,2% et le nickel de 3,0%. Le Goldman Sachs Commodities Index fait un rally de 4,3%. Le dollar australien a fait un bond de 4,3% et le dollar canadien de 2,8%. Que dire de plus. Prenez de bonnes vacances, ne paniquez pas et vous reviendrez avec un soleil radieux. Et ce soir, vous apprendrez que les actions sont en légère baisse dans une période de prudence. Les investisseurs considèrent les acquisitions comme un signe que les entreprises sont confiantes dans leurs perspectives d'affaires et prêtes à dépenser leur trésorerie pour s'étendre. Les entreprises se préparent à annoncer des résultats trimestriels. Le producteur d'aluminium Alcoa Inc devient la première grande entreprise à présenter ses résultats et manifestement, ceux-ci ont ragaillardi la confiance des investisseurs. Ces quelques chiffres sont parvenus à orienter toute l'Europe boursière vers la progression. Le succès du placement obligataire par la Grèce, l'entrain des valeurs du secteur automobile et la vigueur de Wall Street sont ensuite venus cadenasser l'objectif haussier. Bravo !! Rappelons que les actions grimpent parfois et souvent sur des signes que l'économie ne croît pas aussi rapide que les investisseurs ne l'avaient espéré. L'annonce des bénéfices au cours des prochaines semaines permettra de mieux comprendre l'évolution actuelle des sociétés. Nous pourrons déterminer si les ventes au détail sont en reprise, si la confiance des consommateurs continue son déclin et si le chômage élevé affecte effectivement les bénéfices des sociétés. Les investisseurs voudront voir comment les dirigeants sont optimistes dans leurs perspectives pour les prochains trimestres et si cet optimisme est accru, cela pourrait donner un coup de fouet au marché. Il pourrait également être un signe que les entreprises augmenteront leur embauche et bonjour les graphiques haussiers. Roger LECUT Professeur de cyclologie boursière (lecut@hotmail.com) Ancien Administrateur et ancien Vice-Président d'Investa. Rédigé le 12 juillet 2010
×

Information importante

Les Règles du forum. Consultez les Conditions d’utilisation ainsi que la Politique de confidentialité.