La hausse sera durable

La hausse sera durable

Oui, le gaz de schiste est en train de boomer les USA et la bourse est bien stabilisée. Correction attendue en main mais hausse sur l'année. Je vous invite à lire cette bonne nouvelle; il y en a tant de mauvaises Bien à vous

Publié le 15/03/2013 par Roger Lecut | 2 commentaires | Les gazettes

Gazette précédente : La hausse se prépare | Gazette suivante : Au bord du précipice ?

Oui, cela semble étonnant. C'est pourtant cycliquement ce qui pourrait nous arriver de mieux. L'avenir est là mais bien des choses vont changer. L'économie ancienne va se modifier radicalement. Nous entrons dans un nouveau cycle donnant la priorité à la biotechnologie, la nanotechnologie et le pétrole de synthèse. Nous vivrons cette nouvelle ère jusqu'en 2040. Autant prendre nos positions dans le bas boursier.

C'est vrai, le temps passe vite, les événements de la vie aussi. Ils arrivent parfois à nous déconnecter de nos passions. Une des miennes, c'est la bourse et comme celle-ci grimpait chaque jour, je me suis accordé (obligé par des événements) un congé sabbatique.

Graphique 2013

Il n'y avait pas de grandes craintes à avoir : la bourse a évolué comme elle le fait depuis des lustres. Le cycle électoral est bien présent. Disons aussi que si, c'est l'Amérique qui conduit le peloton, cela est principalement dû aussi à sa nouvelle conquête de l'énergie avec la tant critiquée fracturation des sols pour récupérer le fameux gaz de schiste. Je ferai d'ailleurs un exposé sur ce sujet à la Salle Boursière de Charleroi, le mardi 19 mars à 18 heures.

Ce qui est important, c'est l'évolution haussière bien marquée pour les actions et le pétrole avec un bonus de plus de 9 %. L'euro a repris de la vigueur au détriment du dollar et l'or s'est incliné avec les certificats de trésorerie. Une volonté réelle des actionnaires de refaire surface. Naturellement, ceux qui ne voient pas ce graphique positif avec enthousiasme, sont ceux qui voient leurs revenus diminuer et ceux qui perdent, hélas, leur emploi. Le capitalisme renaît mais, c'est le cycle, de nouveaux secteurs vont apparaître.

En effet, nous le voyons clairement, plus personne n'a envie de réinvestir dans la sidérurgie, dans le verre et dans bien d'autres de nos anciens fleurons. Seul le charbon semble intéresser les gros bras de l'industrie ; mais pas pour le charbon. Le gaz de schiste et le gaz de houille sont cousins et pour extraire, le gaz de houille appelé grisou, il ne faut pas fracturer la roche au risque de polluer la nappe phréatique. Le charbon est fracturé naturellement ; il suffit de récupérer le grisou. Toutefois, les eaux extraites du sous-sol sont fortement polluées et l'enjeu est de trouver où les mettre. Nous allons donc entrer dans un nouveau cycle commun à celui de Kondratieff.

De 1800 à 1840, nous avions eu le cycle de la machine à vapeur et de l'industrie du coton avec la période de l'esclavage nécessaire à la rentabilité de l'entreprise. De 1840 à 1890, l'épopée des voies ferrées avec l'hostilité des fermiers et des indiens aux USA. De 1890 à 1940, nous avons développé l'industrie chimique et l'industrie électrique. De 1940 à 2010, nous avons eu le cycle des technologies et des médias.

Et bien depuis 2010 et cela durera jusqu'en 2030, nous aurons le cycle de la biotechnologie, de la nanotechnologie et aussi le cycle du pétrole de synthèse avec toutes les pollutions que cela engendrera mais que nous finirons par accepter pour notre confort personnel. Nous avons bien accepté les crassiers, les carrières, les fumées toxiques, les décharges publiques, les rivières empoisonnées et les odeurs délétères de la chimie, nous devrons bien accepter des pollutions nouvelles et cachées pour subvenir à nos besoins sans cesse grandissants ; et franchement, ce ne sera sûrement pas comparable aux pollutions que nous avons provoqué dans les pays émergents. Nous devrons nous y habituer et modifier notre façon d'investir. Les secteurs et les leaders de marché vont se modifier radicalement. Soyez les premiers à virer de bord dans vos placements. Premier exemple, THROMBOGENICS a obtenu le feu vert européen pour la commercialisation du Jetrea dans l'Union européenne. Elle recevra en plus 45 millions d'euros de son partenaire Alcon. Impact de l'annonce dynamise la valeur et le secteur.

Beaucoup se disent que l'indice phare américain n'a jamais été aussi haut et qu'investir à ce niveau devient terriblement dangereux.

Ne soyez toutefois pas omnubilé par la progression du Dow Jones à plus de 14.000 points. Examiné en devise or, au lieu du dollar, il a même subi une belle descente au lieu de cette hausse présente dans nos esprits. Il est vrai que nous ne voyons pas cette inflation sous-jacente qui érode nos revenus, pensions, salaires et autres placements. Nos gouvernants s'arrangent pour qu'elle ne soit pas trop visible. Seule le caddy est parlant lors de son passage à la caisse de la grande surface. Les réunions au sommet se succèdent et tout laisse à penser que chacun va y mettre du sien. La lutte contre le chômage sera bientôt engagée et des contraintes empécheront une délocalisation trop rapide et irréfléchie. Des aventures comme celle de la société BEKAERT en Chine donne place à bien des critiques. Retrouver une aura durera bien plus longtemps que les quelques années de prestige passées dans un grand pays ivre de copier le savoirfaire ancestral des pays occidentaux.

Puisque je parle de hausse encore à venir pour les bourses, il faut savoir que la bourse a toujours des moments de correction et que dans un cycle haussier, ceux-ci sont à privilégier pour réinvestir à bon escient.

Ce graphique nous montre que le mois d'avril sera moins dynamique et que le mois de mai répondra au fameux dicton Vendre en mai et prendre du bon temps. Juin sera toutefois haussier ainsi que juillet. Août et septembre serviront à payer nos folles dépenses et le dernier trimestre de l'année sera à nouveau positif. Nous devons donc nous attendre à une prochaine correction bienfaitrice.

Nous évoluons aussi au-dessus des principales moyennes mobiles et elles serviront de plancher à la correction de mai.

Plus de 80 % des actions de l'indice NYSE soit 1856 actions évoluent au-dessus de la moyenne à 200 jours et la percée très probable de la moyenne à 50 jours donnera un nouveau signal d'achat.

Économiquement parlant, la production industrielle américaine a augmenté d'un solide 0,7 % en février et la production automobile a rebondi. C'est le mois le plus fort pour le secteur industriel depuis novembre. Cette augmentation n'était pas une surprise puisque les économistes s'attendaient à un gain de 0,6 %. Mais cette modeste augmentation fait que pour le premier trimestre 2013, la production manufacturière est passée à un taux annuel de 7,5 %, faisant place brusquement à une croissance de seulement 2.4 % au quatrième trimestre 2012. Il s'agit d'un signe positif certain et des économistes estiment déjà à 3 % le rythme de croissance du PIB réel au premier trimestre. La production industrielle est en hausse de 2,5 % par rapport à il y a un an. Toutefois, l'indice de confiance de l'Université du Michigan est tombé à 71,8 contre 77,6 en février.

Sournoisement, l'indice des prix à la consommation ont augmenté de 0,7 % en février. L'indice de production de la fabrication de biens durables a augmenté de 1,2 %, tandis que celui de la production des industries de biens de non durables a grimpé de 0,3 %.

Le secteur automobile sera un secteur à privilégier, surtout à ces prix bradés. D'ailleurs, deuxième exemple, la production de véhicules automobiles a grimpé de 3,6 % en février après la chute de 4,9 % en janvier.

Je continuerai en vous disant que la production manufacturière a augmenté de 0,5 %, les industries de haute technologie, de 0,4 % et la production d'équipement de 2,5 % après une baisse de 1,3 % le mois précédent.

Les valeurs AGEAS et SOLVAC ont répondu à mon attente. Laisser souffler la correction de mai et consolider ensuite.

Le BEL 20 évolue bien et le CAC 40 n'a rien à envier au SP-500 puisqu'il le bas en pourcentage de hausse.

La volatilité donne l'impression d'un calme boursier retrouvé. Bientôt la tempête de mai, mais ce sera peut-être de mini-vaguelettes. Le retour à la croissance se prépare. La Bourse a souvent si pas toujours raison.

Je ferai mon prochain exposé à la Salle Boursière de Charleroi, le mardi 19 mars à 18 heures.

Commentaires

Le 23/03/2013 | andre171

Bonjour,

En ce qui concerne les sociétés actives dans la nanotechnologie que vous invoquez, je ne me souviens guère que d' ALTAIR NANOTECH ( ALTI) dont vous nous avez parlé en 2006 et puis en 2007 à un cours entre 3 à 4.

Au vu des graphiques de cours depuis lors, je suppose qu'il y a eu des augmentations de capital ou des splits !

Puis-je vous demander votre avis actuel sur ce titres ou d'autres dans le même secteur ?


Le 25/03/2013 | Lecut

Oui, vous avez raison, cette valeur a bien performé sur des espoirs et ensuite, elle s'est effondrée car sa batterie n'a pas été sélectionnée par les gros industriels.

Beaucoup de biotechnologies subissent le même sort.

Il faut être méfiant.

Dès que j'aurai trouvé, je l'indiquerai dans la gazette

Bien à vous