Aller au contenu
Bourse Attitude
Lecut

Serions-nous piégés ? La récession arrive

Messages recommandés

:o Le climat boursier est dramatique...la glissade n'est pas finie

Roger LECUT

Professeur de cyclologie boursière

Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 1 à 3.pdf

Gazette septembre-octobre 2011 en PDF - Page 4 à 7.pdf

Modifié par Nicolas
J'ai séparé le fichier en 2 car il était trop volumineux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci qui ???

... Standart&Poors qui a mis le boxon dans les marchés en dégradant la note des pays et qui fait paniquer tout le monde.

Avant ca, ça fonctionnait a peut près bien même si la Grèce n'était pas capable de gérer son budget correctement, personne ne le savait et ça allait très bien. Evidement les spéculateurs font leurs chou gras de tout se bordel. Quoi que les marchés sont devenus illogiques depuis 2008. Mais ce n'est que l'avis d'un néophyte en analyse fondamentale ;) Je pense néanmoins qu'il faut s'adapter au marché et de revoir sa façon d'investir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Là au moins on connait la situation et le problème.

On réagit p-e un peu tard. Du coup existe-t-il une solution pour redresser la grèce et l'ensemble de l'europe vu l'état actuel des dettes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu parle de la mauvaise gestion des pays, c'est sur que ca n'a pas été dénoncé assez tôt mais la chute avait été prévue avant que ca ne se produise. J'en avais discuté avec Derk quand ses actions ont dégringolé. je crois que les gens ont pensé à un simple trou d'air. Enfin c'est ainsi et voila

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui... Je pense que ca ira beaucoup plus bas. On peut commencer des achats mais avec prudence et en gardant des liquidités.

Le marché peut nous surprendre et remonter contre toute attente mais être investi à 100% à l'achat sur des actions c'est le risque d'avoir de l'argent mort (pour reprendre l'expression utilisée dans la gazette).

Question à Mr Lecut>> Vous parlez de Total comme valeur refuge pour certains investisseurs car elles annoncent de bonnes nouvelles avec de bons fondamentaux. Comment expliquez-vous la baisse sur ce titre depuis 2008 ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Total vient d'apprendre que la captation de gaz shisteux était désormais interdite sur le sol français. Voilà à première vue, un investissement devenu inutile qu'il faudra amortir. Mauvaise chose pour les actionnaires et très bonne nouvelle pour la planète. Aux USA, des riverains voient le gaz sortir par leur robinet!! et ce n'est pas de la blague. De plus la nappe phréatique est totalement polluée.

Selon la direction, une demande mondiale soutenue et des troubles géopolitiques persistants ont contribué à accroître au deuxième trimestre les tensions observées sur le marché pétrolier. Dans ce contexte, Total a poursuivi le développement et le redéploiement de son portefeuille en cohérence avec son engagement pour une croissance durable.

Le résultat du trimestre en hausse de 7% en dollar par rapport au deuxième trimestre 2010 a bénéficié d’un environnement plus favorable, mais a été impacté négativement par des changements de périmètre importants, un niveau plus élevé de maintenance des installations, l’arrêt des productions en Libye, ainsi que par la poursuite de la faiblesse des marges de raffinage en Europe.

Les succès rencontrés en exploration en Bolivie et en Angola, l’obtention d’un nouveau permis au Qatar, le renforcement de la participation de Total dans Tempa Rossa en Italie, l’entrée dans des concessions « shale gas » en Pologne et le lancement de deux nouveaux projets offshore en Norvège ouvrent de nouvelles perspectives de croissance. L’acquisition de la société californienne SunPower complète par ailleurs l’engagement dans les nouvelles énergies, plaçant Total parmi les leaders mondiaux d’une industrie solaire en fort développement. Dans le même temps, le Groupe a conclu plusieurs accords de cession d’actifs, dont sa participation dans le réseau norvégien de transport de gaz Gassled et l’essentiel de ses actifs de distribution pétrolière au Royaume-Uni.

Fort d’un bilan solide et de la dynamique déployée dans tous les secteurs du Groupe, Total aborde le second semestre 2011 très confiant dans ses perspectives de croissance profitable pour l’ensemble de ses parties prenantes. »

mais......

Depuis le début du troisième trimestre 2011, le prix du Brent se situe autour de 110 $/b (102.76 ce jour) et l’environnement du raffinage européen demeure difficile.

Dans l’Amont, alors que les activités d’exploration seront marquées au second semestre par les premiers résultats de puits à forts enjeux, le Groupe compte poursuivre la construction de ses pôles de croissance en approuvant plusieurs projets majeurs notamment en Australie et en Russie. Dans le même temps, la mise en production de Pazflor en Angola au quatrième trimestre viendra contribuer à la croissance des productions à court terme.

Dans l’Aval et la Chimie, le Groupe bénéficiera pleinement de sa nouvelle unité de conversion profonde de Port Arthur aux Etats-Unis démarrée au second trimestre, tout en continuant de renforcer sa compétitivité sur ses principales plateformes Aval-Chimie.

Dans les prochains mois, Total entend finaliser les acquisitions et cessions en cours dans l’ensemble de ses secteurs, confirmant sa stratégie de redéploiement de ses activités tout en maintenant la solidité de son bilan.

Fin septembre, Total annonce l’acquisition au Kenya d’une participation de 40% dans cinq permis offshore du bassin de Lamu, les permis L5, L7, L11a, L11b et L12. Par cette transaction quadripartite réalisée par sa filiale Total E&P Kenya B.V. et qui reste soumise à l’approbation des autorités kényanes, Total acquiert :

  • une participation de 20% auprès d’Anadarko Kenya Company qui conservera 50% dans les permis et son rôle d’opérateur ;
  • une participation de 5% auprès de Cove Energy qui conservera 10% dans les permis ;
  • et une participation de 15% auprès de Dynamic Global Advisors qui cède l’intégralité de sa participation à Total.

Ce domaine d’exploration offshore se situe au large de l’archipel de Lamu et s’étend sur une superficie de plus de 30 500 kilomètres carrés, par des profondeurs d’eau comprises entre 100 et 3 000 mètres.

Une campagne d’acquisition sismique 3D sur 3 500 kilomètres carrés est en cours. Si les résultats sont satisfaisants, cette campagne sera suivie d’un ou plusieurs forages d’exploration.

Marc Blaizot, directeur Exploration de Total déclare : « Cette opération s’inscrit dans le cadre d’une politique d’exploration audacieuse consistant en des prises de participations importantes sur des thématiques ‘’frontières’’ à forts enjeux. Les découvertes effectuées dans l’offshore au Mozambique et en Tanzanie ouvrent des perspectives également très prometteuses pour ces permis kenyans ».

Total s’est récemment engagé dans l’exploration et le développement des réserves du Lac Albert en Ouganda, et a été sélectionné pour développer des activités d’exploration en Tanzanie. Cette nouvelle opération s’inscrit dans la stratégie de Total de développer sa présence en exploration-production dans les pays d’Afrique de l’Est.

Total au Kenya

Le Kenya est l’une des plus anciennes implantations de Total en Afrique. Le Groupe y est présent depuis 1955 à travers sa filiale Total Kenya dont le siège social est à Nairobi.

Cette filiale est cotée à la Bourse de Nairobi et compte 385 collaborateurs.

Total Kenya couvre l’ensemble des activités de distribution de produits pétroliers avec un réseau de 165 stations : commerce général, lubrifiants, GPL et aviation. Total Kenya est leader de ce marché depuis la reprise des activités de Chevron en 2009.

* * * * *

Total est l’un des tout premiers groupes pétroliers et gaziers internationaux, exerçant ses activités dans plus de 130 pays. Le Groupe est également un acteur de premier plan de la chimie. Ses 93 000 collaborateurs développent leur savoir-faire dans tous les secteurs de ces industries : exploration et production de pétrole et de gaz naturel, raffinage et distribution, énergies nouvelles, trading et chimie. Ils contribuent ainsi à satisfaire la demande mondiale en énergie, présente et future.

MAIS NOUS ENTRONS PROBABLEMENT DANS UNE RECESSION ET LES PRODUITS PETROLIERS VONT CHUTER

Je pense qu'il faut mieux surveiller et acheter sur réactions baissières.

Bien à vous

Roger LECUT

Professeur de cyclologie boursière

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×